Qu’est ce qu’une cystographie?

La cystographie est examen médical relativement courant. Il consiste en une radio de la vessie et de l’urètre. Il s’agit donc, à l’aide de rayons X d’étudier les parois de la vessie et de l’urètre. En pratique, un produit à base d’iode est injecté dans les voies urinaires afin de rendre les parois de celles-ci visibles ; l’iode est en effet un produit de contraste. Celui-ci sera injecté grâce à l’utilisation d’une sonde que l’on introduit dans les voies urinaires.

 

Pourquoi réalise-t-on cet examen ?

médecinCet examen est généralement pratiqué dans le cadre d’infections urinaires ou de troubles urinaires ; il s’agit également dans certains cas de comprendre l’origine de douleurs urinaires. L’intérêt de cet examen est qu’il permet d’observer attentivement la vessie : sa taille, sa position, etc. Tout type d’anomalie ou de malformation apparait ainsi. De la même manière, cet examen permet d’observer tout type d’anomalie ou de rétrécissement au niveau du canal qui permet l’expulsion de la miction, à savoir, l’urètre.

 

Comment cela se passe-t-il ?

L’examen se déroule généralement dans une clinique, étant données les nécessités techniques. Le patient se trouve couché sur la table de radio, le plus souvent sur le dos. Cette table est munie d’une sorte de bras articulé pourvu d’un tube à rayon X ; c’est ce bras qui va se déplacer et réaliser les différentes radios tout au long de la cystographie. Les médecins qui réalisent l’examen commandent le bras articulé depuis une table de commande qui se trouve dans une autre pièce séparée par une vitre. L’examen sera dirigé par un radiologue.

 

L’examen se divise en trois étapes:

 

L’injection d’un produit iodé

La première étape de la cystographie consistera donc en l’injection de l’iode dans la vessie et l’urètre à l’aide d’une sonde. La vessie va donc petit à petit se remplir du produit iodé. Notons qu’avant le début de l’examen, il sera demandé au patient de vider sa vessie, il serait en effet sinon impossible d’introduire ce produit de contraste.

 

L’observation de la vessie

La seconde partie de la cystographie consistera en l’observation de la vessie. Différents clichés vont être réalisés à ce moment et le patient devra se placer dans différentes positions afin de pouvoir observer la vessie sous tous ses angles. Au moment où les radios sont prises, il est demandé au patient de bloquer sa respiration et de rester tout à fait immobile.

 

L’observation de l’urètre

Une fois terminée l’observation de la vessie, il sera demandé au patient de rester sur la table et d’uriner dans un petit pot. Cela permettra en effet à l’urine de se déplacer de la vessie vers le canal d’expulsion de l’urine : l’urètre. La dernière partie de la cystographie consistera donc en l’observation du fonctionnement et de l’anatomie de l’urètre du patient. A nouveau, différentes radios vont être prise durant la miction mais également après ; le patient devra ici aussi bloquer sa respiration et ne pas bouger.

Notez que la cystographie est un examen relativement court ; l’entièreté du processus ne dépassera pas une heure, la durée moyenne étant de 35 à 45 minutes.

 

Est-ce douloureux ?

Ce genre d’examen est souvent redouté par les patients qui doivent le passer. Cependant, il n’y a pas grand-chose à craindre ; en effet, mise à part la première étape, la cystographie ne provoquera aucune douleur. De plus la première étape, d’injection du produit iodé n’est pas réellement douloureuse ; la plupart des patients rapportent en effet avoir ressenti une irritation plutôt légère. Notons également que l’étape d’observation de la vessie peut provoquer une certaine gêne, en effet la vessie étant remplie, le patient ressent le besoin d’uriner. Cette étape est cependant assez courte et il sera demandé au patient d’uriner juste après.

 

Existe-t-il des risques ?

Comme tout examen médical, la cystographie peut comporter un certain risque, celui-ci est cependant très minime.

L’injection du produit iodé par sonde peut ainsi générer un certain malaise mais il sera passager.

Il arrive également que les patients réagissent mal à l’iode ; face à toute suspicion d’allergie à ce produit, informez donc auparavant votre médecin.

Certaines erreurs médicales peuvent toujours arriver et engendrer des petits saignements ou blessures au niveau de l’urètre et de la vessie, du sang dans les urines pourrait ainsi apparaître ; ces erreurs restent cependant très rares.

 

Comment se préparer ?

Avant une cystographie, suivez ces deux conseils afin que l’examen se déroule le mieux possible.

D’une part, informez votre médecin de tout risque d’allergie ou de tout type de maladie chronique dont vous pourriez souffrir ; celui-ci évaluera les contre-indications.

D’autre part, relaxez-vous, il s’agit d’un examen bénin qui ne demande pas de préparation particulière et qui n’a pratiquement aucun effet secondaire ; seul le stress peut le rendre plus douloureux !

Exprimez vous!

*